02.08.2018

Projekt CARBON im August und September auf Tournee durch die RuhrKunstMuseen

05.08.2018 um 15.00 Uhr im Zentrum für Internationale Lichtkunst Unna
12.08.2018 um 15.00 Uhr im Lehmbruck-Museum Duisburg
31.08.2018 um 18.00 Uhr im
05.09.2018 um 18.00 Uhr im Kunstmuseum Gelsenkirchen
06.09.2018 um 19.30 Uhr im Kunstmuseum Bochum
09.09.2018 um 11.00 Uhr und
10.09.2018 um 10.00 Uhr in der Kunsthalle Recklinghausen
16.09.2018 um 16.00 Uhr im Museum Küppersmühle Duisburg

"CARBON - Eine kleine Weltreise der Kohle"
Inszenierung, Ausstattung, Performance - Sabine Köhler, Heiki Ikkola
Live-Musik - Daniel Williams
Projektionen, Technik - Beate Oxenfart
Licht - Josia Werth
Bühnenmalerei - Yvonne Dick
Kamera, Schnitt - Eckart Reichl
Bühnenbau - Peter Pit Tirpitz
Künstlerische Mitarbeit - Christian Zimmermann, Elsa Hammer
Koproduktion mit der FIDENA Bochum und den RuhrKunstMuseen - gefördert vom Fonds Darstellende Künste, Kulturstiftung Sachsen und von der Landeshauptstadt Dresden

Die neueste Freaks und Fremde Produktion verfolgt im letzten Jahr des deutschen Steinkohlebergbaus die Geschichte eines Rohstoffs von seiner Entdeckung bis in die Abgründe globaler Vertrickungen. Auf unserer Suche kamen wir nach Kolumbien, wo der größte Steinkohletagebau der Welt, die Kohle für deutsche Kraftwerke aus der Erde schürft und sprengt und damit die Lebens- und Kulturräume indigener und afrokolumbianischer Gemeinschaften in La Guajira zerstört. Den Dreck, den wir vor der eigenen Haustür nicht mehr haben, wühlen wir am anderen Ende der Welt auf.
Weitere Informationen auf unserer Webseite: freaksundfremde.com

10.07.2018

Premiér revue de presse á Avignon #OFF18

Loving The Alien

Tout Est Art Produktion /Philippe Chassang / Dimanche 8 juillet 2018
mise en scène : Heikki Ikkola, Sabine Köhler
avec Heiki Ikkola, Sabine Köhler, Sønderling
Théâtre musical, Marionnettes et mime
Théâtre la Factory théâtre de l’Oulle; Festival Avignon Off
chaque soir - 21h50; durée 60 min
 

"Loving the Alien" est un spectacle halluciné et hallucinant, une plongée étrange dans un univers onirique post-cataclysmique.

Deux performeurs, Heiki Ikkola et Sabine Köhler, tout à la fois mimes, danseurs, marionnettistes, chanteurs, manipulateurs d’un bazar hétéroclite nous mènent dans une odyssée sombre et inquiétante.

Des musiques électroacoustiques, des morceaux de David Bowie chantés par Sønderling illustrent ce parcours initiatique délirant et fantastique.

Il interprétera entre autre Bring me the Disco (Reality 2003), Im Afraid Of Americans (Earthling 1997) et Ground control (Space Oddity 1972). Sa voix hypnotique et sa présence charismatique concourent à cette ambiance expressionniste typiquement allemande … il nous fait immanquablement penser à un Murnau déjanté et Rock’n’Roll !
 

On remarquera de nombreuses références aux images ayant marquées le vingtième siècle : la peinture pour les scènes d’introduction et de conclusion, avec Nighthawks tableau de Edward Hopper en 1942, mais également pour l’affiche du spectacle imitant les portraits colorés d’Andy Warhol , le cinéma avec 2001 Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick en 1967 (les acteurs en singes) et Shining également de Kubrick en 1980 (les tee-shirts à l’effigie de Nicholson).

Nous atterrissons sur la planète terre déboussolés et hypnotysés, bercés par les complaintes de Bowie.

Osez plonger dans ce spectacle atypique à la beauté déconcertante !

Coup de cœur Avignon 2018



26.06.2018

Le voyage commence: Cie.Freaks und Fremde et Sønderling vont au festival #OFF18 à Avignon!

Chers amis! 
Les valises sont emballées. Nous remercions tous ceux qui soutiennent nos performances à Avignon.


LOVING THE ALIEN
 Atterrissage sur la planète Terre sur des chansons de David Bowie
LA FACTORY // Théâtre de L'Oulle Avignon
du 6 au 29 juillet / a 21h50


Qui était David Bowie ?
Il y a dans sa présence un charme bouleversant, une beauté matinée d’étrangeté. Un extraterrestre nimbé de l’aura solitaire des superstars.

„Loving The Alien“ est un spectacle de théâtre sur le mode du vidéoclip. Ce sont les chansons de Bowie, arrangées et chantées par un artiste tout aussi radical, Sønderling, qui tirent les fils dramatiques de ce spectacle.
L’extraterrestre, l’étranger tient une place centrale dans l’œuvre de Bowie. N’est-il pas parfois nécessaire pour y voir plus clair de changer de perspective et de prendre un peu de distance par rapport à soi et au monde ?
Jouer à s’inviter dans sa propre vie et imaginer comment un étranger, un extraterrestre regarderait notre monde.
Un défilé de visions abyssales, d’espoirs, de projets de vie, de scènes absurdes et d’images d’une beauté à couper le souffle se déroule devant les yeux des spectateurs. Les comédiens, tout à la fois chercheurs et cobayes, sont tour à tour animateurs, surfaces de projection et miroirs. Ils jouent et manipulent différents matériaux : marionnettes, images projetées, masques et corps.

Avec cet atterrissage sur la planète Terre, il nous devient possible de poser un regard neuf sur ce qui nous entoure « believing the strangest things ; loving the alien … »

L’équipe du spectacle :
Sabine Köhler, Heiki Ikkola – Jeu et mise en scène
Sønderling – composition et musique live
Nikolaus Woernle - Mixing et Mastering en studio
Max Reiniger – Assistance à la mise en scène
Suse Wächter, Ida Herrmann – Construction des marionnettes
Peter Tirpitz - Scénographie
Marco Prill - Vidéo
Josia Werth - Lumière
Ce spectacle a été réalisé dans le cadre d’une collaboration pluriannuelle entre la Cie Freaks und Fremde et le Societaetstheater Dresden et a reçu le soutien de la Ville de Dresde / Département de la Culture et de la protection des monuments historiques, du Kulturstiftung Sachsen et du Societaetstheater Dresden




  Revue de presse :
Dresdner Neueste Nachrichten:
« Voyage métaphorique vers l’alien qui est en nous. 
Ode à David Bowie par la Cie. Freaks und Fremde au Societaetstheater!
Des comédiens formidables, tour à tour hommes singes, poupées dansantes affublées de perruques en plastique ou chercheurs en blouses blanches… Leur jeu est expressif, dynamique, comique et, comme toujours avec cette compagnie de théâtre, la manipulation des marionnettes est d’une grande élégance…
Avant tout, c’est la précision de ces comédiens qui impressionne…
Dans cette mise en scène foisonnante d’idées, l’amour pour un théâtre physique, authentique permet d’adresser au spectateur un discours offensif sur la société d’aujourd’hui, sans jamais tomber dans le voyeurisme ou la trivialité. »

SAX Stadtmagazin:

« Légende de la fin du Temps.

… les Freaks évitent toute trivialité et préfèrent, à la bonne rigolade,  un théâtre physique, corporel, expressif, à la tonalité souvent songeuse, parfois troublante, qui est en général bien accueilli par les spectateurs.  De plus, grâce à une musique captivante et une mise en scène fourmillante d’idées et de trouvailles visuelles, ce spectacle est parfaitement indiqué pour inoculer la drogue du théâtre à un public jeune.

(…) Une performance scénique hallucinée et expressive qui mélange danse, texte et chant.

(…) Un spectacle à la charge métaphorique qui nous plonge dans un tourbillon d’images. »


Sächsische Zeitung:

„ Fuite dans l’univers.

Avec leur spectacle „Loving the Alien„, les lauréats du prix d’Art de la ville de Dresde rendent hommage à la Popstar David Bowie.

La compagnie de théâtre basée à Dresde, Cie. Freaks und Fremde, a orchestré un concert d’images pour la scène. [...]

„Loving the Alien“ est un spectacle pour les sens, une alternance surréaliste de scènes et une chance pour prendre la tangente et s’évader de la monotonie du quotidien. »

DRESDNER Kulturmagazin:

„La Planète des singes - Pour la Cie. Freaks und Fremde, « Loving the Alien » est un jeu d’enfant.

Sønderling colle sa silhouette androgyne au micro, le ton est donné pour le reste de la soirée. Dans ses arrangements des chansons de David Bowie, sa signature est immédiatement reconnaissable.

La facilité aurait été de mettre en images les textes de Bowie, mais ce serait mal connaître les Freaks und Fremde. Ainsi, avec leur nouvelle création, préfèrent-ils atterrir sur terre et porter sur notre monde un regard venu d’ailleurs. (…) Une fois que le pas est fait, tout ce qui en découle devient nécessairement extraordinaire.»

Prix de la meilleure musique de théâtre au festival de Lomza en Pologne.